Category

Fais le toi-même

Category

Le coup du torchon !

Si toi aussi tu veux épater les mémés en passant à la caisse, cet article est pour toi. Et oui, cette semaine, un petit fais-le toi-même (FLTM en langage bobo franchouillard) qui te guidera dans la réalisation d’un superbe sac à légumes (lavable). 

sacs_torchons

L’équipement nécessaire :

– des vieux torchons de la honte*(ou des neufs pas chers qui de toute façon n’essuient rien donc restent au fond du placard)**

* vieux, pas beaux, troués, tâchés de soirées trop arrosées, cadeaux de belles-mères…

** des vieux habits fonctionnent aussi, des tee-shirts par exemple

– du fil

– du cordon

– si c’est votre première fois, des pansements

– une machine à coudre ou une aiguille et du temps, du temps, du temps…

Allez feu, le fais-le toi-même commence :

Etape 1 : le choix

torchon1

Etape 2 : le repassage (repasser des torchons vous aviez dit plus jamais?)

Attention, ne sautez pas cette étape malheureux, sinon vous allez au devant de bien des galères, notamment des coutures pas droites, ach. 

torchon2 torchon3

Etape 3 : la découpe

Si vous voulez un petit sac, coupez le torchon en deux. Si vous voulez un tout petit sac, coupez-le en quatre. Pour un porte jeton de caddy, coupez en vingt et un. Bref, mettez aux dimensions qui vous plaisent. 

(On me souffle à l’oreillette une sombre histoire de droit fil, mais tant pis, après tout on parle de vieux torchons, pas d’un beau veston doublé, donc bon, on ne va pas finasser)

torchon4

 

Etape 4 : le(s) pliage(s)

Voilà, ensuite, sur le côté qui deviendra le haut du sac, et qui renfermera le cordon, sur l’envers, faites un repli d’1 cm au fer à repasser, puis un autre de 2 cm (on suppose que votre cordon fait environ 1 cm de diamètre. (Si vous prenez un côté qui a déjà un ourlet, faites uniquement le repli de 2 cm). Vous avez compris, passez à l’étape 5.

Si vous en êtes plutôt à « de toute façon j’ai jamais rien compris aux pliages, les livres d’origami sont faits pour développer notre sentiment d’infériorité vis à vis des enfants japonais, c’est nul, mais j’y arriverai quand même, même si c’est moche !!! », passez au 4bis.

torchon5

Etape 4 bis : on va y arriver

Alors, respirez bien à fond, une fois, pfiou, deux fois, pfiou, c’est parti, concentré.

On part du principe que le côté sur lequel on va mettre le ruban est tout moche, effiloché, pas droit, la totale. On fait donc un premier petit pli d’1 cm pour reprendre le droit joli.

Ensuite, on fit un pli de 2 cm comme si le pli d’avant était le nouveau bord. C’est dans ce pli de 2 cm que passera le cordon.

Tout ça sur l’envers, comme ça sur l’endroit on n’y voit que du feu (oh, mais par quel maléfice sort donc ce cordon de mon tissu ?)

Si vous n’avez toujours pas compris, apprenez plutôt à faire du pain.

Etape 5 : cache-cache cordon

Calez votre cordon à l’intérieur du repli, bien collé contre la pliure afin qu’il reste bien de la place en haut, là où on va coudre. Oui, voilà, c’est bien. 

torchon6

Cette étape a pour objectif de placer le cordon avant de coudre l’ourlet, pour éviter de se retrouver comme un niais avec un ourlet minuscule et un cordon à glisser dedans (à l’aide d’épingle à nourrice / injures / sacrifices humains). 

Etape 6 : Pique et pique

Epinglez l’ourlet tout le long. Deux raisons à cela :

– vous éviter de le tenir tout le reste de la journée.

– maintenir le cordon bien comme il faut

torchon8 torchon9

Etape 7 : La grosse artillerie

Piquez le long de cet ourlet, le plus près possible du bord de la pliure

Voilà, si vous avez bien fait attention, le cordon n’est pas pris dans la couture. Vérifiez qu’il continue à glisser librement (doucement, ne gâchez pas tout, je vous rappelle qu’on fait comme ça pour éviter l’usage de l’épingle à nourrice, instrument de Lucifer)

torchon10

 

Etape 8 : Le repliage

Pliez en 2 votre torchon et repassez un petit coup.

Epinglez les deux côtés à coudre (endroit contre endroit) et paf, piquez.

torchon11 torchon12 torchon13

Etape 9 : Le grand retournement

Retournez et voila ! Le tour est joué !

torchon14 torchon_fini

 

Etape 10 : Le cri

Quel que soit le résultat, criez pour vous donner une contenance. Et puis ça vous habituera aux cris (d’admiration/jalousie/haine) que vous entendrez dès que vous sortirez cette merveille !

 

A part ça, cette semaine nous avons

– commencé à commander des légumes (les pré-séries approchent), et évidemment, alors que le chou-fleur a poussé comme du chiendent tout l’hiver, pile maintenant qu’on en veut, il fait grève (on vous expliquera peut-être un jour la biologie du chou-fleur, enfin on essaiera parce que franchement…

– acheté nos premiers ingrédients bio : des épices, des fûts d’huile d’olive et de tournesol, tellement qu’on pourra même prendre des bains, des produit secs pour tester dans les petits pots deuxième âge…

– acheté les bocaux et le capsules pour les préséries et même un peu plus (- alors là il m’en faudrait 200 voire 300 pour nos recettes. – Ok pas de problème, par contre je vous en mets 7000 hein, parce qu’on fait qu’à la palette. – Bon bah va pour 7000…)

– validé le modèle de la capsuleuse avec les fabricants

– validé le modèle du compresseur qui va bien (pour l’autoclave et la capsuleuse)

– fait plein de devis pour imprimer nos étiquettes (et découvert un nouvel univers, celui de l’impression (combien de couleurs ? Quel papier? Pelliculage ? Vernis?).

– pris contact avec Eco-emballages, pour cotiser à la filière de recyclage de nos bocaux (et avoir le droit de mettre leur joli logo avec les flèches). En espérant que très vite on fera mieux que filer 100 balles pour avoir la conscience tranquille, du style en mettant en place de la consigne, mais vaste, très vaste chantier que l’on n’attaquera pas seuls.

– découvert qu’il existait une bonne dizaine de prises 380 V différentes (sérieux?), voir le guide de la prise industrielle Legrand pour ceux que ça intéresse, on n’y comprend rien, c’est génial.

– commencé à rédiger les contours du crowdfunding qui va nous aider à démarrer

– enrichi les pharmacies de Brest (vive l’Ibuprofène), après le tiens si je me faisais une grippe de 6 jours, nous avons eu droit au tiens si je sortais 4 dents d’un coup… Grande idée jeune padawan, le bilan est le même, relou.

– appris les paroles de Petit Ours Brun (le problème avec cette chanson, c’est que ça reste). Maintenant c’est plutôt ambiance à mort les ours, on a brûlé les dernières peluches.