Salut les Cocos !

Vous l’avez vu dans la dernière vidéo, nous sommes allés montrer et vendre nos produits sur le salon Biozone les 9 et 10 septembre. 

On y a rencontré plein de personnes hyper intéressantes, engagées, gourmandes, pas frileuses, bien coiffées… et qui nous posent quasiment toutes la même question (vraiment, aucune inventivité) :

QUEUOUA ? Vous ne récupérez pas les bocaux alors que vous êtes dans une optique zéro déchet ?

Excellente question monsieur Patel, je vous remercie de l’avoir posée. 

Haaaaa, vous voulez une vraie réponse ? Ou juste qu’on vous dise qu’on a la flemme ? Bon, ok, j’explique. 

Déjà, La première chose est d’expliquer pourquoi nous avons choisi les bocaux en verre et non des sachets souples ou des pots en plastique. 

Et bien parce que le plastique, même recyclable, c’est toujours du pétrole. Extraire le pétrole cause de nombreux problèmes et pas uniquement écologiques. Le transformer est énormément consommateur d’énergie (chauffage à 400°C puis refroidissement brutal), et son recyclage est encore assez… incomplet. Soit il sert comme simple combustible dans des centrales thermiques, soit il est recyclé en tant que matière secondaire pour l’industrie, et encore, quand il va dans la bonne poubelle ! (voir le site de valorplast)

C’est vrai, il a l’avantage d’être léger (et de plus en plus léger, dans une optique d’éco-conception et de réduction des coûts des industriels)(les malins), ce qui est assez intéressant pour le transport. Mais il n’a aucune chance d’être réutilisé tel quel. 

La consigne, impossible donc avec le plastique. Sans parler de tous les débats qui peuvent exister autour des matières plastiques, des migrations de substances dans les aliments (sur le bisphénol-A et ses copains)… 

Le verre, lui, (en plus d’être amorphe) est parfaitement neutre.

Et la consigne du verre n’est pas un doux rêve. C’est possible, ça a même existé et existe toujours dans de nombreux pays comme l’Allemagne. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons choisi le verre et que nous comprenons très bien qu’on nous pose si souvent la question du recyclage.

D’ailleurs nous nous la sommes bien évidemment posé dès le début. 

Oui, on aimerait beaucoup avoir des bocaux consignés, les réutiliser… plutôt que de vous dire de les jeter (dans la poubelle verre tout de même) (pas sur votre voisin) (ou sur votre chat) (quoique) et d’en racheter des tout neufs qui sortent de l’usine à chaque fois.

On n’est pas experts de la fabrication du verre, mais on se doute bien que c’est assez consommateur d’énergie. 

Ah oui tiens : petite explication par ici de la fabrication du verre (c’est moi ou il fait chaud d’un coup ?)

Et effectivement, si on compare ça à la filière de verre consigné, les chiffres sont assez clairs : 

(source : http://www.developpementdurable-info.fr)

Ca vaudrait vraiment le coup d’essayer du coup !

Allez, petit effort d’imagination. Aujourd’hui si on voulait réutiliser nos bocaux, comment devrions nous faire ?

1. récupérer les bocaux

Pour cel,a, nous devons demander à tous nos clients (les magasins) de collecter nos pots. NOS pots, hein. 

En attendant… qu’on vienne les chercher bien sûr ! Ce qui ne fonctionne que si nous assurons nous-même les livraisons. A Brest, ok; plus loin… moins. Dans, ce cas, il faudrait demander aux magasins de les renvoyer. Rien ne dit que cela soit possible, même avec beaucoup de bonne volonté, mais bon, disons que oui.

Admettons aussi que la dépense d’énergie (carburant) pour rapatrier les pots vaut toujours le coup (malgré l’éclatement des ventes dans plusieurs petits magasins). Admettons. 

Bref, les bocaux sont rentrés à la maison. Maintenant, il faut…

2 Laver les bocaux

Et oui, une fois que nous avons réceptionné ces bocaux, nous ne pouvons pas encore les utiliser !

Il faut évidemment décoller les étiquettes (ça colle bien, c’est fait n’exprès), et laver les bocaux de telle sorte qu’il n’y ait plus la moindre trace de quoi que ce soit à l’intérieur.

Et là, mauvais nouvelle, le lave vaisselle ne suffit pas.

Il faut ça : Un tunnel de lavage. 

Oui ça fait peur. Rien que la place que ça peut prendre, et sans parler du prix…industriel. Et sans compter la consommation d’eau et d’électricité.

Inaccessible. Et démoralisant.

Mais nous ne nous avouons pas vaincus ! Nous nous renseignons, nous sommes en contact avec d’autres artisans comme nous pour imaginer des solutions mutualisées, même si aujourd’hui rien n’existe encore pour laver les bocaux utilisés dans le coin. 

Certains y arrivent, comme les brasseurs, mais pour pouvoir faire comme eux, il faudrait standardiser les formats des bocaux (pour éviter de récupérer ses propres bocaux et pouvoir mutualiser le système) et surtout que les bocaux soient plus résistants (et encore plus lourds). 

Alors, pour le moment, nous nous contentons de cotiser comme tout le monde pour la filière de recyclage des emballages (Eco emballage). C’est ce qui nous donne le droit de mettre le petit logo (point vert) que tout le monde connaît.

point vert recyclage

 

Oui, c’est ça que ça veut dire : si vous voyez le point vert sur un emballage, c’est que le fabricant s’engage à cotiser et communiquer auprès de ses clients pour aider au recyclage des déchets. Pas que l’emballage est recyclable ou réutilisé.

 

Voila donc l’état actuel de notre réflexion sur le sujet.

Nous avons pas mal cherché d’informations, discuté avec d’autres acteurs de la filière, … mais peut être réfléchissons-nous de travers ? Ou existe-t-il une (montagne d’)information qui nous échappe ?

Si vous avez des idées à nous proposer, des informations pour pousser plus loin la réflexion,… nous sommes bien évidemment preneurs.

Parce que s’engager pour le zéro déchet, pour l’environnement, pour nous cela va bien plus loin que la valorisation des surplus de légumes, c’est ce qui guide tous les choix de Babelicot. 

De la même façon, nous pourrons vous expliquer une prochaine fois pourquoi nos bocaux sont strictement végétariens.

Ou comment nous avons gagné 10 % de masse musculaire en 1 an.

Ou ce que vous voulez ! (sauf la recette des pizzas de Ben, ça c’est top secret)

J’espère que cet article vous a plu, et si vous voulez prolonger la discussion, n’hésitez pas à laisser un commentaire !

Nous allons essayer de faire un article d’info par mois, et vous pouvez évidemment nous suggérer des sujets 🙂

1 Comment

  1. Article bien argumenté. Merci. Néanmoins je continuerai à jeter les pots Babelicot dans le container verres le cœur bio bien serré !
    LMC

Write A Comment